03
janvier
2012

Pourquoi faut-il éviter la dette (et les crédits hypothécaires) par tous les moyens ?

Dans une dépression, l'immobilier est ce qui devient illiquide presque le plus rapidement

La raison pour laquelle il faut se sortir de la dette en priorité est que, pendant une déflation, les taux d'intérêt réels seront dangereusement élevés même s'ils sont bas en termes nominaux. Ceci parce que le taux réel (adapté aux changements de la masse monétaire) est le taux nominal moins l'inflation, qui peut être positive ou négative. Pendant les périodes d'inflation, cela signifie que le taux d'intérêt réel est plus faible que le taux nominal, et peut même être négatif comme ce fut parfois le cas dans les années 1970 et aussi au milieu de notre décennie. Les gens ont accumulé d'énormes quantités de dette, car ils étaient en fait payés pour emprunter, mais les périodes de taux d'intérêt réels négatifs sont un piège. Ils incitent les gens à contracter des dettes qu'ils ne pourront pas rembourser si les taux réels augmentent même un petit peu. La plupart des gens sont empêtrés dans ce piège maintenant que les taux réels sont sur le point de monter sensiblement.

Lorsque l'inflation est négative (déflation), le taux d'intérêt réel est le taux nominal moins l'inflation négative. En d'autres termes, le taux réel est plus élevé que le taux nominal, peut-être de façon significative. Même si le taux nominal tombe à zéro, le taux réel peut être assez élevé pour étouffer l'activité économique, comme le Japon l'a découvert au cours de son long séjour dans la trappe à liquidités. Les mesures standard de la masse monétaire ne saisissent pas nécessairement l'ampleur du problème, car elles ne tiennent pas correctement compte de la destruction du crédit en cours, alors que le crédit représente aujourd'hui un pourcentage important de la masse monétaire existante.

Du point de vue des débiteurs, le problème peut être aggravé par un risque de ne pas voir les taux d'intérêt nominaux rester bas pendant des années, comme ce fut le cas au Japon, mais bien d'exploser lorsque le modèle international de financement de la dette est mis sous pression. Par exemple, les renflouements en cours peuvent dissuader les prêteurs internationaux d'acheter des bons du Trésor à long terme par crainte de leur impact sur la valeur du dollar, même si ces renflouements n'augmentent pas les liquidités grâce à l'attitude de thésaurisation des banques. Nous n'en sommes pas encore là, mais la probabilité de ce scénario augmente à mesure que nous persistons dans les politiques actuelles. L'effet serait d'envoyer les taux d'intérêt nominaux vers un nombre à deux chiffres, et les taux d'intérêt réels seraient encore plus élevés. Les chances de pouvoir assurer le service de la dette existante dans ces conditions sont faibles, notamment car le chômage augmentera très rapidement.

Il n'y a pas de niveau sûr d'endettement, y compris pour les crédits hypothécaires. Ceux qui ne peuvent pas payer leur habitation cash feraient mieux pour la plupart de vendre et de louer, car l'immobilier est ce qui devient illiquide presque le plus rapidement en période de dépression. D'ici à ce que vous réalisiez qu'il faut vendre parce que vous ne pouvez plus payer le crédit, il sera peut-être trop tard. Louer revient essentiellement à payer quelqu'un pour endosser le risque de prix à votre place, ce qui est un très bon calcul pendant un crash immobilier. Cela vous permettra aussi de penser à la 2e priorité - avoir un accès à des liquidités.

 

Categories: Presse, Nouvelles, Analyse, Immobilier

Le Cron démarre